L’écologie de vie (partie 3)

Je souhaitais vous relayer l’alerte du Docteur Luc Bodin concernant notre comportement irresponsable à l’égard de l’écologie de notre planète, notre maison d’accueil en tant que « terrien/t’es rien »

Je n’aurai pas su mieux l’exprimer alors je vous laisse méditer sur ce partage:

« Le monde change à une vitesse hallucinante. Une prise de conscience est indispensable tant à l’échelon individuel que général. Car, les mesures prises actuellement à l’échelon international sont certes intéressantes mais beaucoup trop lentes à se mettre en place, alors que la destruction avance à grande vitesse à tous les niveaux.

Il m’a fallu du temps pour comprendre que la dégradation planétaire est le fruit de l’activité humaine depuis seulement un siècle ! Durant cette période (et surtout durant les 60 dernières années), nous avons le triste privilège d’avoir exploité, pollué, détruit et fait disparaître une grande quantité des ressources naturelles de cette planète, mais aussi un nombre considérable de plantes et d’animaux. Aujourd’hui, nous avons dégradé les trois quarts de la surface du globe et 40 % des milieux marins. Un million d’espèces animales sont menacées (dont 40 % des insectes) sans compter celles qui ont déjà disparu. La sixième grande extinction est en marche. Lors de la dernière, des centaines de milliers d’années ont été nécessaires pour que la diversité se reconstitue sur notre planète.

Ainsi, il n’a fallu que 60 ans – une vie humaine – pour que la planète soit pillée. Tous les ans vers le mois juillet, nous avons consommé les ressources renouvelables de l’année. Après cette date, nous dévorons (sans vergogne) les réserves de la Terre. Cette évolution va crescendo… Elle avance de manière exponentielle, c’est-à-dire qu’elle progresse de plus en plus vite. C’est pourquoi aujourd’hui le temps presse. Car il est évident qu’avec la montée du niveau des eaux imposant de grands mouvements de population, la sécheresse diminuant les surfaces cultivables, la perte des insectes pollinisateurs, la disparition de certains minerais et terres rares, la pollution (et la mauvaise qualité des aliments) source de maladies, la surpopulation croissante, les épidémies de plus en plus nombreuses… Tout cela ne pourra apporter que malheurs, souffrances, révolutions et guerres. D’autant que les budgets militaires augmentent partout dans le monde ce qui n’est jamais de bonne augure.

Bref, avant d’en arriver là, il nous faut réagir et être prêts à changer nos habitudes – confortables – acquises depuis des décennies. Nous sommes tous responsables de cet état de fait. Les gouvernements montrent une léthargie affligeante face à ce désordre mondial. Les intérêts de chacun primant sur le bien général. Pourtant, il serait temps de changer les paradigmes qui conduisent l’humanité dans le mur, comme d’arrêter de vouloir sans cesse augmenter notre progression économique et notre PIB, de limiter l’augmentation incessante de la population mondiale, de développer une agriculture exclusivement biologique, de créer une éducation favorisant le développement de l’être… Les mots « liberté, égalité, fraternité » sont magnifiques. Il serait temps qu’ils deviennent une réalité.

Bien sûr, des prises de conscience individuelle mettent en place des projets salvateurs pour la planète concernant les transports, les communications, l’agriculture, les milieux marins, la dépollution, l’industrie, les matériaux de construction, etc. mais ceux-ci restent limités dans leur action, faute d’un soutient officiel.

Quoi qu’il en soit, il faut que nous comprenions que nous devons absolument changer nos habitudes qui participent à la destruction planétaire et en adopter de plus saines comme l’usage modéré de l’eau et de l’électricité, l’usage des transports en commun, du vélo ou de la marche à pied, l’utilisation de produits biologiques pour nos produits d’entretient, la consommation d’aliments exclusivement d’origine biologique, le développement d’énergies renouvelables pour notre habitation, etc. Tout ceci demande des efforts, qui deviendront vite de nouvelles habitudes… et qui de plus, sont bonnes pour la santé.

Sur un autre plan, vous savez que votre pensée est puissante et produit des actions sur les autres comme sur notre environnement. Alors utilisons cette capacité pour envoyer des pensées positives et surtout de l’amour sur cette Terre. Elle a grand besoin de votre soutient. Pensez aussi à tous nos frères et sœurs humains qui sont dans la souffrance. Alors envoyez de l’amour autant que vous pouvez et aussi souvent que vous pouvez… Tous unis dans cet esprit, nous pouvons favoriser l’arrivée d’un monde de lumière sur cette planète… un monde auquel tous les individus aspirent.

A chacun de mettre une pierre pour construire ce nouvel édifice. »

Chaque parole a une conséquence.
Chaque silence aussi.
– Jean-Paul Sartre

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *