L’hindouisme et le bouddhisme : quelles sont les différences ?

spiritualiteAprès vous avoir parlé de mon expérience duTantra et Prana-Tantra dans les deux précédents articles, cela m’a donné envie d’en savoir plus sur l’hindouisme alors que depuis mon adolescence, dès l’âge de 12-13 ans, après avoir découvert les livres du Lama Lobsang Rampa, en particulier le troisième œil, je me suis depuis toujours sentie bouddhiste de cœur.

De plus, la situation des Tibétains me touche profondément, en particulier leur réponse à l’oppression et leur refus de violence vis-à-vis de la Chine. C’est aussi la personne et le charisme du Dalaï Lama, chef d’un gouvernement en exil et prix Nobel de la paix qui contribue à faire connaître et à être sensible à l’enseignement bouddhiste, qui m’ont toujours touchés. Je suis même depuis l’été 2005, marraine d’une jeune tibétaine qui se destine aujourd’hui à devenir médecin et à étudier plus particulièrement les plantes .

Différence entre l’hindouisme et le bouddhisme :

On rattache évidemment le Bouddhisme à la figure du Bouddha, une différence majeure d’avec l’Hindouisme, qui ne présente pas également, de chef spirituel de l’envergure du Dalaï Lama. Gandhi, bien sûr, est une figure clé de l’Hindouisme. Mais celui-ci n’a pas endossé le rôle de messager de l’Hindouisme et reste connu pour son combat pour l’indépendance, quoique ses valeurs de non-violence soient inspirées des principes fondamentaux de sa religion.

L’Hindouisme, malgré ses nombreux gourous, n’a donc pas de prophète, ou de messagers tels que le Bouddhisme ou même le Christianisme, une des raisons sans doute  d’une certaine méconnaissance qu’en ont les Occidentaux.

L’Hindouisme est souvent appelé « la plus vieille religion du monde ».
Il est bien sûr apparu en Inde mais on ne connaît pas vraiment l’origine de cette religion complexe. C’est un ensemble de croyances transmises par orales puis par écrit, et ses premiers textes, les védas, ont été écrits, estime-t-on, entre 1500 et 500 ans avant Jésus-Christ.

Le Bouddhisme est lui aussi apparu en Inde, au cinquième siècle avant Jésus-Christ, avec Siddhartha Gautama, appelé plus tard Bouddha, né vers 560 av.J.C. en Inde. Sa vie exacte nous est inconnue ; c’est surtout sa légende qui est racontée. Il eut une illumination qui le fit sortir de l’hindouisme et il fonda un nouveau courant philosophique. Le bouddhisme partage avec l’hindouisme de nombreuses idées et symboles tels que la réincarnation, le karma, symbole de la roue de la loi de cause à effets etc…) mais remet aussi en cause certains aspects. La préoccupation initiale de Gautama consistait à réagir contre le système des castes. Une caste étant un milieu social fermé, illustrant une vie passée, et dont il est impossible de sortir lors d’une vie terrestre donnée. La société hindoue est ainsi divisée en quatre castes (les prêtres, les guerriers, les marchands, les artisans). Avec le bouddhisme, cette représentation de la hiérarchie sociale et de sa signification religieuse disparaît.

Dans l’Hindouisme, il n’y a pas de Dieu à proprement parler comme dans le judéo christianisme ou l’islam mais un grand tout, impersonnel, auquel s’ajoute une multitude de divinités et l’univers aurait été créé par le divin, le « Brahman » , principe éternel, invisible et infini qui prend trois aspects : Brahmā est son action créatrice, Vishnu est son action conservatrice, et Shiva son action destructrice. C’est ce qu’on appelle le « Trimurti » (« grande trinité ») personnifiés en trois dieux distincts, en principe de forces égales. Dans cette conception du monde, l’homme serait un être sans valeur particulière, faisant partie de ce grand tout.

Le Bouddhisme est parfois aussi appelé « religion sans dieu », « spiritualité », « philosophie »…
car même si l’on rattache le Bouddhisme à la figure du Bouddha, il n’est pas un Dieu créateur, qui juge les hommes, ou qui intervient dans le monde. Comme il n’y a pas de Dieu, l’univers n’a donc pas été créé mais a évolué par lui-même (approche plutôt agnostique qu’athée de la vie) où l’homme, issu de l’évolution de cet univers, est prisonnier de sa condition, qui est souffrance et doit s’efforcer par divers exercices, de s’affranchir de ses désirs pour gagner en détachement vis-à-vis de tout et ainsi trouver la paix intérieure.

L’Hindou comme le bouddhiste espère échapper aux cycles infernaux des réincarnations, en faisant de bons Karmas, pour enfin disparaître de la terre et se fondre dans le « soi cosmique ». Il y a alors extinction complète : l’individu n’existe plus mais s’est fondu dans l’univers. C’est la fin des souffrances terrestres, appelé le Nirvana.

Ces deux courants spirituels sont également proches géographiquement. On dénombre près de 750 millions d’Hindous, principalement en Inde. Le Népal, contrairement à ce que l’on peut penser, est également en fait officiellement et majoritairement Hindouiste.

Le Bouddhisme est principalement populaire en Asie du Sud-Est :Tibet, Japon,Taïwan, Chine (environ 80 % de la population, sans compter le Tibet) et compte entre 3,5 millions et 1,7 milliards d’adeptes en fonction que l’on compte la Chine ou pas.   Il est également de plus en plus populaire en Inde, d’où il vient, et le devient en Occident grâce à son porte parole le Dalaï Lama.

Le Bouddhisme constitue une philosophie, un art de vivre qui vise à promouvoir l’Amour entre les hommes, plutôt qu’une religion. Contrairement à d’autres religions qui peuvent attribuer des vertus « magiques » à une divinité et qui se prosternent devant leur effigie, le Bouddhisme  vise plutôt à promouvoir la vertu de chaque pratiquant pour qu’il devienne un modèle pour la société dans son comportement quotidien. Comme la sagesse bouddhiste le souligne, « Si, avec un mental pur, une personne parle ou agit, alors le bonheur le suit comme l’ombre qui ne le quitte jamais. »  Les fondements même du Bouddhisme se basent donc essentiellement sur l’altruisme, la compassion, l’amour et la recherche de la vérité.

Cette quête de la vérité, de « sa vérité » et de Liberté intérieure en apprenant à mieux se connaître sur le chemin de la rencontre avec son Soi intérieur, telles sont  mon approche et pratique du Bouddhisme.

Et vous, quelle est votre pratique du Bouddhisme ou de l’Hindouisme? Vos commentaires m’intéressent et viennent enrichir la communauté des pèlerins libres de tout dogme 😉

Au plaisir de vous lire et y répondre!

 

7 Commentaires

  1. Bonjour
    J aimerais connaître plus le boudhistes.
    Cette façon de voir les choses est dans ma façon de penser
    Cordialement

    • Bonjour Marianne
      Je suis ravie que votre sensibilité ait été touchée par le bouddhisme.
      Dans mon article suivant « Pourquoi le Bouddhisme « vous allez pouvoir approfondir toute la richesse de son enseignement et vision de la vie
      Personnellement je préfère celle transmise par le courant «  Grand véhicule «  mais rappelons nous aussi que le message christique est également d’une grande profondeur pour ouvrir son cœur et s’abandonner à la Vie
      Belle continuation à vous
      Carine

  2. merci pour cette synthèse je ne connaissais pas les différences et j’ai cherché sur internet….mon grand père était d’origine indienne mais je ne sais rien de ses croyances (il était britannique mauricien). Maintenant j’ne sias un peu plus!

    • Avec plaisir Cardamome. C’est un très bel hommage à votre grand-père que de faire ces recherches et sachez qu’elles vont vous enrichir bien au-delà qu’au seul niveau de la connaissance…
      Belle continuation à vous
      Carine

  3. Bonjour
    Je lis la bhagavad gîtâ (commentée par swami chinmayananda, non-dualiste) c’est l’enseignement de la connaissance donné au prince arjuna par son coché krisna(9e avatar de visnu) avant la grande bataille bref au chapitre 11 la vision cosmique krisna lui montre qui il est et lui dit : « toi qui est la cause primordial, même de brahma le créateur, ô seigneur infini, ô demeure de l’univers….je suis heureux de voir ce qui n’a jamais été vu auparavant…. » le seigneur suprême lui répond : « il est vraiment difficile de contempler cette forme que tu as vu. Même les dieux aspirent encore à cette vision. » bon tout ça pour dire qu’il y a bien un dieu au dessus des autres divinité indiennes, après je m’explique peut-être un peu mal mais je n’allais pas écrire tout le chapitre non plus ^^ !! Et je trouve un peu péjoratif la façon dont tu a écrit que pour l’hindouisme l’homme n’a pas de valeur particulière bon c’est vrai dans le fond mais c’est que tout ce qui vit à la même valeur car il est animé par le soi, il aurait été plus juste de l’écrire ainsi car celui qui est établi dans la sagesse considère d’un œil égal toute les créatures bonnes ou mauvaises, proches parents ou être détestable. Et je suis convaincu que certes ça doit être un petit nombre de personnes, ce son détacher de toute souffrance terrestre et on vu la réalité

    • Bonjour Thibaut
      Je vous remercie pour cette nuance avec laquelle je suis tout à fait d’accord. C’est d’ailleurs amusant car j’ai écris cet article il y a près de 3 ans et aujourd’hui je mesure le chemin que nous faisons chacun d’entre nous, jour après jour, dans la sagesse et la compréhension… avec bien sûr aussi quelques aller/retour 😉
      Je vous souhaite le meilleur
      Bien chaleureusement
      Carine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *